Contenu

2018 - Dom Juan ou les limbes de la mémoire

de Molière

Mise en Scène : Sonia Ouldammar

Mot du metteur en scène | La pièce | La distribution

Mot du metteur en scène


Chaque Homme a ses failles. Derrière la carapace de séducteur, se cache un être « torturé » par le narcissisme, le rapport au père et la mort.

Cette adaptation du texte de Molière, l’univers de mise en scène et la scénographie ont cherché à mettre en exergue le côté « obscur de la force » et à amener Dom Juan à se dévoiler.

Ainsi, il affronte ses démons dans un huis clos qui nous plonge au plus profond de lui même, dans les limbes de sa mémoire.

Survivra-t-il à cette introspection ?

La pièce

On dit que les héros ne prennent pas une ride.

C’est pourtant ce qu’a imaginé Patrick Rouzaud. Désireux de retrouver le plus beau rôle de sa vie, il a envisagé un Dom Juan âgé, qui aux portes de la mort voit défiler le cortège de ses proches.


Il m’a confié cette mission et j’ai relevé le challenge de transposer le texte de Molière dans l’avenir fantasmé du personnage. Cinq actes de forfanterie impie, de libertinage audacieux et d’hypocrisie revendiquée deviennent ainsi une succession de face à face entre le séducteur passé et les fantômes de ses souvenirs. Le valet fidèle, l’épouse trompée, le père dupé, réveillent dans l’âme du beau parleur des cauchemars dans lesquels sa révolte et son outrecuidance résistent sans merci.

Mise en scène par Sonia Ouldammar, avec la participation d’Aymeric Marvillet, les retrouvailles de Dom Juan et de Patrick Rouzaud scellent un autre adieu du célèbre personnage de Molière, dans les limbes d’une mémoire intacte.

Audrey Mas


La distribution

  • Dom Juan : Patrick Rouzaud
  • Les fantômes du passé : Aymeric MARVILLET

avec les voix de Nathalie Missègue et Alain Dulin

La distribution technique

  • Régie : Christophe Bourgois - Arnaud Longé
  • Affiche : Aymeric Marvillet
  • Communication : Lajos Kulcsar - Aymeric Marvillet
  • Sites Internet : Lajos Kulcsar